31-05-2010 | Ref : 111 | 81537 |

Retour

Traditions

Le drapeau du 2e REP

Le drapeau du 2e REP est décoré de la fourragère à la couleur de la Légion d’honneur au titre de la croix de guerre des TOE, avec six palmes, et de la croix de la Valeur militaire avec 4 palmes (Loyada 1976-Kolwezi 1978, Afghanistan 2010 et 2011, Mali 2013). Il est à noter qu’il est le seul régiment à avoir mérité la fourragère à la couleur de la Légion d’honneur au titre des opérations en Extrême-Orient.

Son drapeau porte les inscriptions suivantes :

 

  • CAMERONE 1863
  • INDOCHINE 1949-1954
  • A.F.N. 1952-1962


Les couleurs

Les couleurs de la Légion étrangère

Les couleurs de la Légion étrangère ont été héritées des Suisses de la 2e Légion de 1855 qui tinrent à conserver leurs couleurs distinctives, le vert et le rouge. Les fanions des unités du REP portent la fourragère rouge et sont aux couleurs de la Légion sur l’avers, avec les inscriptions indiquant le régiment et la compagnie ainsi qu'un brevet parachutiste brodé. Sur l’envers, les couleurs de la Légion sont reproduites, et les inscriptions "honneur, fidélité" ainsi que la grenade à sept fammes y sont brodées.

Les couleurs sont partagées en deux par une diagonale qui part du sommet de la hampe vers le coin opposé ; elle est dite descendante et le vert est contre la hampe.


Le Képi blanc

Le Képi blanc

A l’origine, il s’agissait en fait d’un couvre képi de couleur kaki, qui était porté par toutes les unités qui participaient à la pacification du Maroc (1921-1925). A la Légion, sous la double action du soleil et des lavages répétés, il prit vite un aspect immaculé et devint l’objet de fierté des anciens. Il fera sa première apparition officielle, à Paris, le 14 juillet 1939, et son port sera étendu à la fin de la guerre.

Le Képi blanc n’est porté que par les militaires du rang (exception faite pour les caporaux-chefs ayant dépassé 15 ans de Légion, portant alors le képi noir), tandis que les sous-officiers et les officiers portent pour leur part le képi noir à calotte rouge, frappé de la grenade à sept flammes.


Les épeulettes de tradition

Les épeulettes de tradition

Les épaulettes portées sur la tenue de parade, à l’exception des officiers et des sous-officiers supérieurs, étaient à l’origine celles des régiments de « Suisses », d’infanterie de ligne. Elles ont pris leur allure définitive - à corps vert et tournante rouge – dès 1868, leur usage ayant été définitivement rétabli en 1946, après quelques interruptions.


La fouragère

La fouragère

C’est une distinction accordée aux régiments qui ont eu plus de six citations à l’ordre de l’Armée au cours d’une même campagne. Le 2e REP est titulaire de la fourragère aux couleurs de la Légion d’honneur ; il est d’ailleurs la seule unité de l’Armée de Terre a avoir mérité cette distinction en Indochine. Sur la fourragère se porte l’olive bleue et rouge, aux couleurs de la Croix de guerre des théâtres d’opérations extérieures, qui est épinglée sur la cravate du drapeau du régiment.

La 2e Compagnie du 2e BEP a également été citée à l’ordre de l’Armée le 1er avril 1950, ce qui lui donne le privilège de pouvoir porter la Croix de guerre des T.O.E. sur son fanion.


L'insigne 11e BP

Insigne du 11ème BP

Celui que l’on surnomme le « Charognard » représente sur fond de parachute bleu clair, un aigle en position de poser, serres en avant, plongeant vers la mer. L’ancre des Troupes de marine symbolise l’appartenance à la brigade des régiments de l’arme (les RPIMa), la couleur amarante représente la couleur du béret, la mer indique la vocation à intervenir en tous points du globe, tandis que le liseré vert marque le rattachement des légionnaires aux bérets verts du 2e Régiment étranger de parachutistes à la Brigade.


La grenade à 7 flammes

La grenade à 7 flammes

Elle était initialement réservée à certaines compagnies d’élite des régiments de ligne, et ce n’est qu’en 1874 qu’elle a été officialisée à la Légion, prenant progressivement son allure actuelle avec ses sept flammes – dont deux en retour – et la bombe évidée. Sur les pattes d’épaule, la grenade est surmontée de trois chevrons – de couleur verte pour la Légion étrangère – distinctifs des anciens «régiments d’Afrique».


L'insigne

L'insigne du 2REP

Triangle d’argent portant, en léger relief sur toute sa surface, un dragon ailé ; au centre, petit rectangle à bordure d’or taillé de vert et de rouge, timbré d’une grenade à sept flammes d’or ; à gauche, dans l’angle supérieur du triangle, chiffre 2 en relief». (Description de Tibor Szecsko, dans Le grand livre des insignes de la Légion étrangère, I.I.L.E. / S.I.H.L.E., 1991).

Le dragon ailé rappelle son implantation originelle au Cambodge, tandis que les couleurs verte et rouge ainsi que la grenade à sept flammes sont les marques traditionnelles de la Légion étrangère. La forme triangulaire de l’insigne est supposée représenter la forme du parachute ouvert, et serait aussi le symbole de la perfection que l’on attend des hommes servant dans ce régiment.

L’insigne a été crée en 1949, au Cambodge, pour le 2e BEP et a été repris lors du passage au format régimentire (2e REP), le 1er décembre 1955, sans modification.


La ceinture bleue

La ceinture bleue

Initialement, cette ceinture de flanelle était destinée à protéger le personnel, servant outre-mer, des infections intestinales et se mettait sous les vêtements. Peu à peu, elle fut portée sur la veste, mais sous le ceinturon, et devint un attribut de la tenue de parade du légionnaire. La couleur bleue de cette ceinture, qui fut retenue en 1939 par le Général ROLLET, est désormais distinctive de la Légion étrangère.

Recrutement Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre


Képi blanc