31-05-2010 | Ref : 123 | 64999 |

Retour

Implantation et la garnison de Calvi

Située à 173 km de la Côte d'Azur, à 82 km de l'Italie et à 12 km de la Sardaigne, l'île est longue de 183 km, mesure 84 km dans sa plus grande largeur, et développe 1000 km de côtes variées.

La Corse

Située à 173 km de la Côte d’Azur, à 82 km de l’Italie et à 12 km de la Sardaigne, l’île est longue de 183 km, mesure 84 km dans sa plus grande largeur, et développe 1000 km de côtes variées.


Avec une superficie de 8720 km² environ, elle est la troisième île de la Méditerranée après la Sicile et la Sardaigne.


Ses sommets culminent à plus de 2700 m, tandis que l’altitude moyenne est de 600 mètres. Les forêts (pins laricio, châtaigniers, chênes, hêtres) et le maquis (myrtes, bruyères, lentisques, arbousiers, cistes) couvrent la majeure partie de l’île.


La population, d’environ 250 000 habitants, est regroupée principalement dans les villes d’Ajaccio et de Bastia, ainsi que dans des villages pittoresques. Le climat n’est pas le même dans toute l’île, il correspond au paysage contrasté et varié, suivant l’altitude.


L’intérieur des terres est caractérisé par des étés chauds et secs, tandis que sur la côte règne un chaud climat méditerranéen, avec un hiver doux et ensoleillé.


La Balagne

La Balagne

Située au Nord-Ouest de la Corse, la Balagne s’étend sur environ 11% de la superficie de l’île. Réputée pour la beauté de ses plages et la limpidité de ses eaux, la Balagne n’en est pas moins une région riche de son terroir et de son histoire. Cette diversité lui a valu son nom de jardin de la Corse. Sur la côte Nord-Ouest de l’île, de la vallée de l’Ostriconi à Galeria, la Balagne s’ouvre vers des villages et hameaux qui peu à peu vous deviendront familiers. Sites archéologiques, citadelles, églises, chapelles et autres édifices, dont nombre sont des monuments classés, attestent d’un patrimoine que les siècles et les hommes ont laissé comme une empreinte dont vous serez, l’espace d’une visite, les dépositaires.


Si vous cherchez l’aventure, la Balagne est également un environnement naturel, propice à la pratique de la randonnée, du parapente, du VTT et de toutes autres activités de plein air.


Calvi, un site charge d'histoire

Citadelle

Savoir, parcourir l’histoire, connaître le patrimoine de Calvi, un site imprégné d’histoire, un patrimoine architectural d’une exceptionnelle qualité.


Une escale romaine

Les nombreux vestiges néolithiques identifiés dans la microrégion de Calvi attestent la présence de l’Homme il y a -6000 ans. Après leurs expéditions successives en Corse, entre 259 et 111 avant notre ère, les romains s’établissent durablement et y développent l’agriculture. Les grecs sont, quant à eux, à l’origine de la plantation de milliers d’oliviers et de la fabrication de l’huile sur toute la microrégion qui par la suite empruntera le nom de Balagne qui signifie « oliveraie » en grec.


Calvi : 500 ans sous influence génoise.

Citadelle

Dans la seconde moitié du Ve siècle, les invasions barbares détruisent Calvi qui n’était encore qu’un village ramassé sous son rocher. La cité se redresse sous l’administration pisane.


Au XIIIe siècle, les seigneurs de la Cirnaca se disputent la ville et son promontoire.


Giudice di Cirnaca y assiège Giovanniello seigneur du Nebbio, qui se réfugie sur le rocher, là où seront érigées les premières fortifications de la haute ville.


Citadelle

Les calvais excédés demandent, en 1278, protection à Gênes qui commence à édifier la citadelle. Lors de l’expédition d’Alphonse V d’Aragon, Calvi, après une longue résistance, fut conquise en 1420. Mais l’année suivante, apprenant l’échec de l’Aragon devant Bonifacio, les habitants de Calvi se révoltent et massacrent la garnison aragonaise. Pietro Baglioni, qui pris la tête du soulèvement, gagne à cette occasion le surnom de « Libertà ».


Calvi reste toujours fidèle à Gênes. Selon la tradition calvaise, confortée par la thèse de René Massoni, le découvreur du « Nouveau Monde », Christophe Colomb, serait né dans la citadelle autour de 1436. Les vestiges d’une maison, appartenant à une famille du nom de Colombo, sont encore visibles dans la Haute-Ville. En 1453, l’Office ou l’Administration de Saint-Georges prend la direction de la ville et du reste de la Corse. C’est à cette époque que fut construite la Tour du Sel car on y prélevait la gabelle. La peste frappe Calvi de 1528 à 1529 et perdit _ 2000 âmes _. En 1547, une seconde épidémie ravage la ville tandis que les barbaresques se font chaque années plus présents.


Montagnes Corses

Le siège franco-turc.

En 1553, les français tentent d’assiéger Calvi. En 1555, à l’initiative de l’alliance franco-turque, un nouvel assaut a lieu. Onze mille boulets sont tirés et les Calvais n’attendent plus de secours que de Dieu. A quelques heures de l’assaut final, ils promènent en procession le Christ noir de San Giovanni Battista. Les français se replient et le 15 août tout est dit : le Christ noir devient le Christ des miracles. Gênes fait apposer une plaque toujours visible à l’entrée de la Citadelle sur laquelle on peut lire : « Civitas Calvi semper fidelis », la Cité de Calvi, toujours fidèle.


Calvi, capitale éphémère de la Corse.(1544/1548 ; 1652/1659)

Calvi s’agrandit et devient même pour un temps la capitale de la Corse. La papauté reprend en main le clergé corse. L’Evêque de Sagonne installe un vicaire général à Calvi. Il y viendra lui-même en 1625. La révolte éclate en 1729. Calvi méfiante envers les villageois « paesani » sert de base aux troupes françaises de Maillebois, qui sont venues en 1739 soutenir Gênes contre les insurgés de Giacinto Paoli et Théodore de Neuhoff. Lorsqu’en 1755 Pascal Paoli prend la tête de l’ultime insurrection, Calvi n’adhère pas à ce nouveau pouvoir. En 1768, suite à la signature du Traité de Versailles, la Corse est vendue à la France par les génois, et Calvi reçoit les troupes françaises de Marboeuf.


Le siège des Anglais de 1794.

Pendant la révolution de 1789, les Français enfermés à Calvi résistent aux anglais, alliés de Paoli. En 1794, ces derniers assiègent Calvi sous le commandement du Général Stuart, qui compte parmi ses officiers Horatio Nelson, futur vainqueur d’Aboukir et de Trafalgar. Si les bombardements sont intenses, la riposte ne l’est pas moins. Le 12 juillet, Nelson perd son œil lors d’un assaut. La Cité est conquise par les anglais le 10 août. La Ville mettra plus d’un siècle avant de retrouver la prospérité. Ce siège marque définitivement la fin de l’influence génoise.


Calvi sera anglaise pendant deux ans, avant de redevenir française.


Tourisme et plaisance.

Maquis Corse

A la fin du XIXème siècle, les marais sont asséchés et l’eau courante est installée. Le port est agrandi en s’ouvrant aux bateaux de plaisance et aux paquebots. Puis le train désenclave la Balagne. L’activité viticole est encouragée par le développement du tourisme. Calvi a su ainsi préserver le charme de son passé tout en devenant une cité balnéaire ouverte au tourisme.


Les premières infrastructures d’accueil y fleurissent à partir des années 20 et, au fur et à mesure, les moyens d’accès et de communication se multiplient. Le Port de Commerce existe depuis le début du siècle, le Port de Plaisance depuis 1970, l’Aéroport depuis 1951.

Recrutement Légion étrangère

Site Internet de l'Armée de Terre


Képi blanc